Feleg Tsegaye, fondateur de Deliver Addis

Feleg Tsegaye est le fondateur et président de Deliver Addis, un service de livraison de plats en ligne. L’entreprise éthiopienne est partenaire de nombreux restaurants.

Racontez-nous une des situations les plus difficiles dans laquelle vous vous êtes retrouvé en tant qu’entrepreneur.

En 2016, j’ai dû me rendre aux États-Unis pendant un peu plus d’une semaine . À l’époque nous étions dans notre première année complète d’exploitation et l’idée d’être loin de l’entreprise était très éprouvante. Sur ce type de service tout peut mal tourner dans un laps de temps aussi court.
J’ai donc parlé à tous nos fournisseurs, directeurs de banque[et autres] que je serais uniquement disponible via WhatsApp pour éviter toute mauvaise surprise. Quand j’ai embarqué, je me sentais prêt et détendu tout en pensant : « Qu’est-ce qui pourrait mal tourner en 10 jours ? »

En atterrissant je constate que l’état d’urgence avait été décrété en Éthiopie en raison de l’instabilité politique de l’époque. L »Internet mobile avait été coupé dans tout le pays, en tant que e-commercant, c’est la pire chose qui puisse arriver.

Je me souviens d’avoir immédiatement appelé mon personnel pour voir ce qui se passait et pour m’assurer qu’ils allaient bien. Nous avons décidé d’utiliser ce temps pour faire de l’entretien et de la maintenance de nos motos – ce que nous n’avions jamais eu le temps de faire.

J’ai également élaboré de nouveaux processus offline et, à mon retour, nous avons informé et formé l’équipe. Nous avons également communiqué les différentes possibilités de passer commande à nos clients (l’email par exemple). Durant ces deux mois de déconnexion le volume de commandes continuait d’augmenter, encore plus qu’avant la fermeture d’Internet. C’était beaucoup de travail, mais c’était plutôt gratifiant de voir que nous pouvions maintenir notre croissance indépendamment d’Internet.

De quelle réalisation professionnelle êtes-vous le plus fier ?

Je suis fier que nous ayons pu créer de la valeur sur tous les plans. Nous sommes le premier service de livraison de plats en ligne en Éthiopie. Nous avons détecté une opportunité et ensuite bâtit une industrie à partir de zéro.

Ainsi, nous avons créé de nombreux emplois et augmenté les ventes des restaurants. Ces derniers ont embauché plus de personnel pour soutenir cette croissance. Nous avons créé un service que les clients apprécient et utilisent chaque jour.

Aujourd’hui Deliver Addis emploie plus de 40 personnes, c’est vraiment le rêve africain.

Décrivez votre plus grande faiblesse en tant qu’entrepreneur.

Être introverti. On s’attend à ce que vous soyez le « porte-parole » de la société et que vous soyez généralement plus ouvert. J’ai appris à équilibrer cela un peu mieux avec le temps. Cela rend le marketing un peu difficile, cela tient aussi à la façon dont vous faites la promotion de votre entreprise, au grand chagrin de nos investisseurs.

La meilleure façon de combattre cela est d’embaucher des gens qui voient les choses différemment de vous. Cela peut être inconfortable au début mais en fin de compte, c’est ce qu’il y a de mieux pour l’entreprise.

Avec quels conseils entrepreneuriaux populaires n’êtes-vous pas d’accord ?

Avancer vite et réinventer les choses. Cela peut fonctionner aux États-Unis, mais en Éthiopie, les organismes de réglementation ne sont pas prêts à s’en accommoder. Ici d’abord on vous fera fermer et ensuite vous posera des questions, alors je vous déconseille de le faire.

Y a-t-il quelque chose que vous auriez aimé savoir au sujet de l’entrepreneuriat avant de commencer ?

Il y a quelques années lorsque quelqu’un m’a demandé s’il y avait des moments où j’avais envie d’abandonner. Ma réponse : « Ouais, mardi ! » (Il veut dire qu’il y pense souvent.)

Les expériences varient selon le type d’entreprise mais préparez-vous à certaines choses. Comme perdre un peu d’argent, même temporairement. Mettre de côté votre vie personnelle. Ne plus avoir de temps libre.

Si vous ne perdez que quelques-unes ou aucune de ces choses, considérez-vous chanceux. Pour les profils techniques comme moi, il est important d’identifier ce sur quoi vous aimez travailler le plus. Au fur et à mesure de votre développement, surtout lorsque vous avez investisseur à vos côtés, il faut consacrer plus de temps au développement de l’activité. Et vous devez être à l’aise avec cela, sinon vous risquez de nuire inutilement à votre entreprise et à votre équipe qui elle croit en votre vision globale.