Quickmart Supermarkets, détaillant kenyan détenu majoritairement par la société de capital-investissement Adenia Partners, basée à Maurice, a ouvert son 32e magasin afin d’accroître sa clientèle.

Désireux de renforcer son emprise sur le marché en pleine expansion caractérisé par la classe moyenne et la classe ouvrière, le détaillant a ouvert un nouveau point de vente dans la banlieue de Kilimani à Nairobi.

“Nous positionnons ce magasin comme notre magasin phare dans la zone de Kilimani, Ngong Road, Lavington et Hurlighum”, a déclaré la directrice marketing de la chaîne de magasins, Betty Wamaitha.

Selon un rapport de Business Daily, le magasin comprendra une épicerie fine, une boulangerie, une boucherie, un magasin de spiritueux et un rayon fruits et légumes.

En outre, Quickmart a déclaré qu’il cherchera à donner plus de valeur à ses clients en fournissant des produits sélectionnés à des prix de gros, dans l’espoir de déployer cette stratégie dans tous ses autres magasins avec le temps.

“Compte tenu des défis économiques posés par Covid-19, nous avons répondu aux besoins de nos clients en fournissant des produits sélectionnés tels que des ballots de sucre, de la farine et d’autres produits au prix de gros sous la responsabilité de fournisseurs essentiels”, a déclaré Mme Wamaitha.

L’offre de gros sur certains produits de base arrive à un moment où les consommateurs sont aux prises avec des revenus diminués à la suite de réductions de salaire, de congés non payés et de pertes d’emploi occasionnées par la pandémie mondiale de coronavirus.

Le détaillant semble s’opposer à la tendance dans un pays où ses concurrents sont confrontés à des chocs économiques dus au coronavirus et luttent pour rester opérationnels sur fond de lourdes dettes et de réduction des dépenses de consommation dans le sillage du ralentissement économique provoqué par la pandémie.

Elle a récemment ouvert son premier point de vente au cœur du quartier central des affaires de Nairobi (CBD), occupant l’espace précédemment occupé par le supermarché Choppies, basé au Botswana, qui prévoit de sortir du marché kenyan en raison de difficultés de trésorerie.

Le marché kenyan des détaillants a été caractérisé par une forte concurrence avec des détaillants locaux tels que Quickmart, Tuskys et Naivas, confrontés à la concurrence accrue de détaillants internationaux comme Carrefour et Shoprite qui cherchent tous à exploiter le marché.

Conjuguée aux contraintes financières, cette situation a conduit certains détaillants à quitter le marché, comme Nakumatt, tandis que d’autres luttent encore pour survivre, comme Uchumi et, récemment, Tuskys.

Tuskys fait actuellement l’objet d’une enquête sur un défaut de paiement des fournisseurs à hauteur de 1,29 milliard de shillings (12,1 millions de dollars US), l’Autorité de la concurrence du Kenya (CAK) ayant ouvert une enquête sur les comptes bancaires du détaillant.

La CAK veut maintenant que Tuskys se concentre sur le règlement de ses obligations actuelles et donne la priorité aux intérêts des fournisseurs avant ceux d’autres parties telles que les actionnaires et les employés.

À cet égard, le détaillant devra désormais obtenir l’approbation de l’autorité de la concurrence avant de pouvoir verser des primes aux directeurs, d’ouvrir d’autres succursales ou de lancer de nouveaux secteurs d’activité.