SodaStream se joint à la pétition demandant à Coca-Cola de révéler les sources d’eau du Cap.

La société de boissons SodaStream South Africa s’est jointe à l’appel à l’action pressant Coca-Cola de développer un plan pour s’assurer que les habitants du Cap aient accès à l’eau. Ceci fait suite à une pétition lancée plus tôt cette semaine par Avaaz, un mouvement mondial sur le Web qui a pour but d’amener les décideurs politiques à prendre des mesures.

La pétition, intitulée Coca-Cola: Sauvez le Cap d’une apocalypse de l’eau, demande à la société d’embouteillage de divulguer les sources locales d’eau au Cap afin d’élaborer d’urgence un plan garantissant l’accès des habitants à l’eau. Avaaz demande expressément à Coca-Cola de
1) divulguer les sources d’eau locales au Cap,
2) permettre au public d’avoir librement accès à cette extraction des eaux souterraines,
3) réduire de moitié la production de Coca-Cola pendant toute la durée de la crise, et
4) distribuer gratuitement de l’eau embouteillée aux habitants de Cape Town.
Le directeur général de SodaStream Afrique du Sud, François Dippenaar, déclare:”Alors que de nombreux messages ont été diffusés dans les médias concernant la réduction de la consommation d’eau, les sociétés d’embouteillage du Cap-Occidental sont délibérément restées silencieuses. Coca-Cola utilise de 2,13 litres à 1,7 litres d’eau pour produire 1 litre de boisson gazeuse. Pourquoi n’ont-ils pas été tenus responsables de leur mépris flagrant du gaspillage d’eau? Cette poursuite impitoyable des profits des entreprises a non seulement eu un impact négatif sur l’environnement et les ressources naturelles de notre pays, mais elle s’est faite au détriment des habitants du Cap “.

Selon SodaStream, la consommation d’eau de Coca-Cola en Afrique du Sud est massive. L’entreprise produit près de 40 boissons gazeuses et eaux embouteillées différentes et détient une participation énorme dans la production de bière. Cependant, selon Dippenaar, les consommateurs et le gouvernement du Cap doivent se joindre à l’appel lancé à Coca-Cola et à d’autres sociétés d’embouteillage pour prendre leurs responsabilités.
Nous sommes préoccupés par le fait que le public a le droit de savoir d’où les entreprises d’embouteillage comme Coca-Cola puisent leurs sources d’eau. Ont-ils un plan pour aider les habitants du Cap-Occidental et économiser l’eau? Non seulement ils doivent être tenus responsables des grandes quantités d’eau gaspillée, mais aussi de la pollution de l’environnement, comme les bouteilles en PET qui jonchent constamment les rivières et les plages. Nous souhaitons savoir comment Coca-Cola et d’autres entreprises d’embouteillage envisagent de réduire la production et d’ouvrir les sources d’eau à l’approche du Jour Zéro.” Fixé un temps à la mi-avril, ce « Jour zéro », ainsi qu’il a été baptisé, a été reporté cette semaine au 4 juin , a annoncé la municipalité du Cap.
L’état de catastrophe naturelle a été déclarée ce mardi 13 février. Le Cap, la deuxième agglomération d’Afrique du Sud, est frappée par sa pire sécheresse depuis un siècle. Les réserves d’eau sont au plus bas, au point que les robinets pourraient être à sec.
La version originale de cet article a été publiée sur Supermarket.co.za