Le retail africain est-il prêt pour une révolution digitale ?

De plus en plus de consommateurs africains se connectent à Internet et leurs habitudes de consommation évoluent plus vite que tout autre groupe démographique dans le monde. D’ici 2020, les dépenses de consommation en Afrique devraient dépasser 1 000 milliards de dollars par an, selon le McKinsey’s Global Institute. Il est évident que le marché africain est mûr pour un boom du commerce de détail en ligne.

Le taux de pénétration d’Internet en Afrique permet le développement du e-commerce et révèle la manière dont les consommateurs africains choisissent de payer. La plupart des plateformes africaines de commerce électronique relient les marques mondiales aux consommateurs émergents du continent.

Sources : globalizationpartners.com

Le taux de pénétration d’Internet en Afrique et la téléphonie mobile devenant le principal outil par lequel les gens s’engagent, la tendance montre qu’il est inévitable que les consommateurs africains se tournent vers le commerce électronique.

Adesh Kisten, responsable des ventes du service de paiement instantané par TEF i-Pay, évoque avec IT News Africa comment les nouvelles technologies permettent aux marchands africains et à leurs clients de se prendre en main et comment le e-commerce est en plein essor en Afrique.

Adesh Kisten, responsable des ventes du service de paiement par télévirement instantané i-Pay.

Que peuvent gagner les détaillants africains en utilisant la technologie ?
Premièrement, ils peuvent puiser dans le marché sous-bancarisé. Sur les marchés africains, où le crédit est souvent traité avec suspicion et où l’argent liquide reste roi, les prestataires de services bancaires à faible coût ont tendance à se tenir à l’écart des facilités de prêt ou de crédit. La technologie est considérée comme un moyen de maîtriser les coûts que les banques traditionnelles doivent supporter, ce qui permet à des millions de clients d’avoir accès aux services bancaires en ligne via des appareils intelligents, sans pour autant pouvoir acheter en ligne. Les solutions EFT instantanées ouvrent le monde du commerce électronique à des millions de personnes ” non protégées “, créant ainsi de nouveaux marchés enthousiasmants tant pour les commerçants que pour les consommateurs.

Deuxièmement, ils peuvent exploiter le segment des jeunes technophiles. Ces jeunes de 18 à 30 ans ont grandi avec la technologie, ils veulent de la nouveauté et ils l’ont adoptée très tôt. Gardez donc un œil sur les nouvelles technologies innovatrices qui ont attiré l’attention des plus jeunes – cela peut ajouter énormément aux résultats financiers d’un détaillant.

Quelles opportunités les nouvelles technologies offrent-elles aux e-commerçants africains ?
Je m’en tiendrai aux commentaires sur les nouvelles technologies de paiement, où la plus grande opportunité pour les e-commerçants africains réside dans la réalisation de la vente. Traditionnellement, les paiements de banque à banque impliquent un processus manuel laborieux, ce qui entraîne un taux élevé d’abandon. Non seulement cela influe-t-il sur l’efficacité du recouvrement, mais il y a aussi des problèmes de sûreté et de sécurité. Les nouvelles technologies de paiement, comme l’EFT instantané, offrent des solutions simples et faciles à mettre en œuvre et facilitent grandement le paiement que les solutions EFT traditionnelles. Par exemple, avec i-Pay, les transactions sont conclues en moins de 15 secondes à l’aide d’un système Web évolutif et entièrement sans carte.

La technologie est aussi, en termes simples, la porte d’entrée du marché des jeunes – le seul facteur de commodité (effectuer un paiement en quelques secondes plutôt qu’en quelques minutes) est un énorme attrait pour eux.

Les nouvelles technologies permettent également aux commerçants et à leurs clients d’adopter un environnement plus rentable, plus sûr et plus mobile pour rendre le processus de transaction aussi fluide que possible.

Pourquoi est-il important que les e-commerçants disposent d’un mode de paiement alternatif ?
D’abord et avant tout, le pragmatisme. Comme en témoignent les vendredis noirs successifs en Afrique du Sud, les méthodes de paiement traditionnelles n’ont toujours pas réussi à suivre la montée en flèche des volumes de transactions, ce qui a entraîné une chute et empêché la vente – avec un impact dévastateur sur les résultats des e-commerçants. L’hyper-disponibilité d’autres modes de paiement, qui sont intrinsèquement mieux adaptés au commerce électronique, a permis aux e-commerçants d’offrir à leurs consommateurs des options pour effectuer la transaction de manière plus pratique, plus fiable et plus sûre. C’est ce qu’illustre bien le message du plus grand e-commerçant d’Afrique du Sud, Takealot.com, le Black Friday 2018, qui invite ses clients à utiliser des options de paiement par télévirement instantané telles que i-Pay.

En outre, alors que de plus en plus d’institutions financières africaines s’alignent pour relever les défis uniques du continent en offrant des solutions numériques, le marché des paiements numériques en Afrique connaît une croissance sans précédent. D’importants investissements dans l’infrastructure et la technologie ont accéléré la croissance en Afrique au cours de la dernière décennie, faisant d’elle la deuxième région économique la plus dynamique du monde. Selon le Digital Access : Le rapport sur l’avenir de l’inclusion financière de la Mastercard Foundation et de la SFI, un projet d’inclusion financière mené par les deux institutions en Afrique, a permis de recueillir 300 millions de dollars en transactions mensuelles auprès de 7,2 millions de nouveaux utilisateurs de services financiers numériques et 45 000 nouveaux agents bancaires depuis son lancement en 2012.

Le marché mondial des paiements numériques étant évalué à 32,5 milliards de dollars en 2017 et devant atteindre 86,76 milliards de dollars d’ici 2023, il n’y a aucun doute sur le potentiel qu’offrent les autres méthodes de paiement numérique.

Que peuvent faire les e-commerçants pour offrir aux clients une expérience d’achat de qualité supérieure ?
Bien que les paiements en espèces et par carte traditionnels soient encore là dans un avenir prévisible, d’autres méthodes de paiement numérique perturbent la façon dont les achats en ligne et en magasin sont effectués. Dans un continent où le mobile est roi et où l’on craint d’avoir de grosses sommes d’argent en main, la flexibilité, la sécurité et la commodité que les technologies de paiement numérique procurent au client et au commerçant ont ouvert la voie à la banalisation des paiements numériques.

Pensez-vous que les détaillants en Afrique sont en train d’embrasser la révolution de la distribution connectée ?
Oui, et ça paie pour eux. Par exemple, la popularité croissante des technologies de paiement alternatives signifie que les commerçants connaissent souvent une augmentation rapide du nombre de transactions réussies effectuées sur leurs sites par les utilisateurs actuels et nouveaux qui profitent du service. Certains commerçants ont vu le nombre d’utilisateurs augmenter jusqu’à 70 % d’un mois à l’autre depuis l’introduction de nouveaux canaux de paiement. Cela se traduit par des économies sur les frais de carte de crédit et par une réduction des frais de gestion de l’argent comptant qui se répercutent directement sur le résultat net.

Étant donné que la plupart des autres fournisseurs de paiement ne prennent qu’un faible pourcentage de chaque vente, aucun des frais mensuels ou de transaction habituellement associés aux passerelles en ligne ne s’applique. Cela signifie que les frais ne l’emporteront jamais sur les profits. Pour les petits commerçants qui tentent de concurrencer des marques plus grandes et bien établies, cela donne un nouvel élan à la croissance.

Quelles seront les principales tendances du commerce de détail en 2019 ?
Tout comme Nielsen, je crois qu’en Afrique, le commerce de détail transcendera les frontières physiques et virtuelles, à mesure que l’accès à Internet s’améliorera sur tout le continent. Et, comme l’indique BMI Research, la baisse des coûts des données est susceptible d’entraîner une augmentation de la part du commerce électronique, le multicanal sera adopté à un rythme beaucoup plus rapide, les consommateurs exigeant un accès partout et en tout temps et nous verrons probablement une adoption accrue des journées mondiales comme Singles Day, Black Friday et Cyber Monday.

Je pense également que nous verrons certaines des tendances prévues pour les États-Unis et le Royaume-Uni se répandre sur le marché africain. Par exemple, au Royaume-Uni, l’analyse IGD Retail Analysis a permis d’identifier des points de vente intégrés, où les progrès technologiques stimuleront les attentes des consommateurs et l’évolution du magasin physique. De même, la prédiction de Forbes aux Etats-Unis d’une accélération des expéditions dans le commerce électronique devrait se concrétiser en Afrique.