Le gouvernement fédéral nigérian va réintroduire les droits d’accises notamment sur les cosmétiques, le savon et les jus de fruits.

Le gouvernement fédéral va rétablir les droits d’accise sur certains produits fabriqués dans le pays et sur les produits importés soumis à accise conformément à la directive du Conseil des ministres de la CEDEAO.
Dans une lettre adressée au président Muhammadu Buhari et vue par TheCable, Kemi Adeosun, ministre des finances, a déclaré que les spaghetti et les nouilles seraient exemptés de ces changements.
Adeosun a déclaré que les nouilles et les spaghettis étaient exemptés du fait qu'”ils constituent actuellement des aliments de base importants et accessibles, qui sont facilement abordables pour toutes les classes économiques de la société nigériane”.
Le ministre avait suggéré que tous les produits assujettis à l’accise retirés de la liste en 2009 soient réinscrits. Le droit d’accise est de 5%.
Les droits d’accise sont un type de taxe payée sur les produits fabriqués dans un pays. Elle diffère des droits de douane, qui sont payés sur les marchandises importées.

Selon une liste détaillée sur le site Web du Nigeria Customs Service, les produits soumis à accises comprennent les parfums, les cosmétiques, les boissons non alcoolisées, les jus de fruits, le savon et les détergents, les cartes de recharge pour téléphone, le papier ondulé ou carton ondulé et le papier toilette.
La ministre a indiqué que la recommandation avait été formulée par le Comité technique des tarifs douaniers (TTC), présidé par le Ministère des finances et composé de membres des ministères de l’industrie, de l’agriculture, de la Banque centrale du Nigéria, du Service fédéral des recettes intérieures et du Secrétariat de l’Association des fabricants et des pouvoirs publics du Nigéria.
“Toutefois, Votre Excellence voudra peut-être noter que la recommandation de rédiger une liste de tous les produits assujettis à l’accise rejetés en 2009 dans le filet d’accise en 2018 par le TTC est assujettie à la modification de la Partie III, article 21 du Tarif des douanes sur l’accise, etc. 49, LFN 2004 sur les “Marchandises soumises à accise” pour inclure les marchandises importées “, a-t-elle écrit.
“Cela doit permettre une concurrence loyale entre les produits locaux et les produits importés, puisque seuls les produits fabriqués localement sont actuellement soumis à accise.”

Le 25 octobre 2013, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest a signé un accord pour commencer la mise en œuvre du tarif extérieur commun (TEC) de la CEDEAO, un des instruments d’harmonisation des Etats membres pour renforcer son marché commun et est entré en vigueur au Nigeria le 11 avril 2015.
M. Adeosun a également indiqué que des taxes supplémentaires seront prélevées sur les articles pour lesquels le Nigeria dispose d’un avantage comparatif, tandis que les droits de douane seront réduits sur les machines, les équipements, les pièces détachées et les matières premières de base.
La liste des interdictions d’importation (commerce) est conservée pour protéger les industries et les fabricants nigérians contre la concurrence déloyale et le dumping “, a-t-elle écrit.
Cependant, la liste a été revue à la baisse, trois articles ayant été retirés, conformément à l’engagement pris par le Nigéria envers la CEDEAO d’éliminer progressivement l’interdiction des importations.
Néanmoins, deux points supplémentaires ont été ajoutés à la liste suite à l’approbation par le Conseil exécutif fédéral de l’interdiction d’importer des tomates et du concentré de tomate dans les emballages de vente au détail, dans le cadre des mesures visant à stimuler la production et à attirer les investissements dans le sous-secteur de la tomate au Nigeria.
La lettre recommandait également l’imposition d’un tarif bilatéral sur le tabac et l’alcool.