Unilever signe un accord pour recycler le plastique

De gauche à droite : Justin Apsey, PDG d'Unilever East Africa, Keiran Smith, PDG de Green Africa et Mohammed Elmi, fonctionnaire du ministère de l'Environnement, lors de la présentation de leur projet à Nairobi, le 24 septembre 2018, pour la gestion des déchets. PHOTO | DIANA NGILA | NMG

Le fabricant de biens de consommation Unilever East Africa a signé un partenariat avec une usine basée à Nairobi pour recycler les emballages en plastique et réduire la pollution.

Unilever a injecté 30 millions de shillings dans M. Green Africa dans le cadre d’un pacte qui fera passer les centres de collecte de l’usine de 25 à 100 dans le pays en deux ans.

Unilever estime que cette entreprise réduira la pollution et stimulera les activités de recyclage au Kenya dans le cadre de son plan mondial visant à rendre le plastique qu’elle utilise recyclable ou réutilisable d’ici 2025.

M Green Africa utilise les déchets pour fabriquer des produits tels que des seaux et des réservoirs d’eau, tandis que les produits d’Unilever comme Blue Band et Vaseline sont emballés dans des plastiques.

Des géants de la fabrication comme Unilever, Procter & Gamble et Coca-Cola réagissent à l’inquiétude croissante du public face à la pollution, car la jeune génération, jugée plus soucieuse de l’environnement, devient le groupe qui dépense le plus.

“C’est un partenariat très important pour Unilever. Nous avons pris l’engagement ferme de prendre l’initiative de créer un environnement brillant pour les futurs Kenyans, et notre environnement en est un élément clé. Les plastiques ont un grand rôle à jouer “, a déclaré Justin Apsey, PDG d’Unilever East Africa.

Une armée de personnes chargées de la collecte des déchets plastiques sera essentielle pour permettre à Unilever d’atteindre son objectif de collecte et de recyclage d’une grande partie de ses matériaux d’emballage.

L’accord portera le nombre de collecteurs de déchets travaillant actuellement avec M. Green Africa de 1 700 à 4 000 au cours des deux prochaines années. Le recycleur de déchets paie actuellement 19 shillings par kilo de plastique livré à partir des décharges de la capitale.

“Fournir des outils pour détourner les déchets des décharges… est une victoire pour Unilever Kenya, une victoire pour nous et surtout une victoire pour l’environnement “, a déclaré Keiran Smith, PDG de Mr Green Africa.

Ce pacte intervient alors que le gouvernement s’efforce de réduire l’utilisation du plastique.

Le Kenya a interdit la production, la vente et l’utilisation de sacs en plastique en août dernier.

Mohammed Elmi, secrétaire administratif du Cabinet et secrétaire d’État au ministère de l’Environnement et des Forêts, a déclaré que le gouvernement allait faire pression pour le recyclage des matériaux d’emballage en plastique.